De tout et de rien

Baume réparateur pour les mains

Avec les incessants lavages et l’éventuelle utilisation de gel hydro-alcoolique, nos mains sont actuellement soumises à rude épreuve. Si l’on y ajoute du jardinage, du bricolage et le train-train quotidien et ménager, elles ont grand besoin d’être chouchoutées ! C’est pourquoi j’ai concocté une petite recette de baume réparateur très riche que j’utilise le soir au coucher (dans la journée, je privilégie des formules plus légères), que je partage aujourd’hui avec vous….

P1170600

Quelques explications sur les propriétés des ingrédients choisis :

L’huile végétale adoucit et hydrate. Dans cette recette, vous pouvez utiliser n’importe quelle huile (amande, calendula, coco, olive…) ou un mélange de deux huiles différentes. Pour ma part, j’ai utilisé de l’huile de coco.

Riche et nourrissant, le beurre de karité est très utilisé dans les pays africains pour soigner les peaux des enfants

La cire d’abeille est un agent de texture servant à épaissir et stabiliser la crème. Elle crée un film protecteur sur la peau et a une action anti-déshydratante

La glycérine a une action hydratante et adoucissante

La vitamine E est un anti-oxydant qui empêche les huiles et beurres végétaux de tourner.

La cutina joue le rôle d’émulsifiant dans la préparation. 

Antibactérien et antifongique, l’extrait de pépins de pamplemousse (EPP) est un conservateur d’origine naturelle des phases aqueuses.

Facultatif dans la recette, l’extrait de benjoin est purifiant et cicatrisant. C’est surtout un fixateur d’odeur qui apportera une note vanillée à votre préparation.

L’huile essentielle de petit grain bigaradier : purifiante, antiseptique, antifongique

L’huile essentielle de lavande vraie :  antiseptique, antibactérienne, cicatrisante, apaisante.

L’huile essentielle d’eucalyptus citronné anti-inflammatoire

Le choix des huiles essentielles est large et vous pouvez utiliser celles que vous souhaitez dans votre préparation. Libre à vous de remplacer celles que je viens de citer par d’autres comme par exemple l’HE de palmarosa (anti-bactérienne), l’HE de bois de rose (cicatrisante et régénérante), l’HE de  tea tree (purifiante), l’HE de ravintsara (antivirale, antibacterienne)…

Comme pour toute réalisation de cosmétiques maison, il est  important de respecter certaines règles d’hygiène et de bien désinfecter vos ustensiles et votre plan de travail.

Pour 100 ml :
15 g de beurre de Karité  (ou 15 g de beurre de cacao)
25 g d’huile végétale 
50 ml d’eau bouillie (ou 30 ml d’eau + 20 ml d’hydrolat de bleuet, rose, hamamélis, fleur d’oranger, lavande…)
8 g de cire d’abeille 
6 g de Cutina
5 ml de glycérine
10 gouttes de vitamine E
33 gouttesd’EPP
30 gouttes d’huiles essentielles (j’ai utilisé 10 gouttes d’HE de lavande + 10 de petit-grain + 10 d’eucalyptus citronné)
4 gouttes d’extrait de benjoin

Dans un premier bol, mélanger l’huile végétale, le beurre de karité, la cire d’abeille et la cutina

Dans un second bol, mélanger l’hydrolat et l’eau.

Faire chauffer les deux bols en même temps au bain-marie, sans agiter ni remuer. Quand le beurre de karité et la cutina ont fondu, patienter une minute afin d’obtenir la bonne température puis retirer les bols du bain-marie.

Verser la phase aqueuse dans la phase huileuse et battre énergiquement au fouet pendant au moins cinq minutes.

Lorsque la préparation est onctueuse et homogène, ajouter la glycérine. Quand la préparation est tiède, ajouter les huiles essentielles, l’extrait de benjoin, l’EPP et la vitamine E.

Bien mélanger et transvaser dans un pot.

De tout et de rien

Mon gel hydroalcoolique

Certaines d’entre vous avaient apprécié que je partage ma recette de crème nourrissante et protectrice. Celle que je vous propose aujourd’hui ne va pas briller par son originalité  en ces temps de crise sanitaire…
Entre la recette fournie par l’OMS (difficilement réalisable chez soi compte tenu des ingrédients préconisés !) et les recettes inefficaces (certes douces pour les mains…. mais ce que l’on demande à un gel hydroalcoolique c’est plutôt de tuer les virus et bactéries !), on a du mal à s’y retrouver pour fabriquer soi-même son gel hydroalcoolique. Après m’être un peu documentée sur le sujet, j’ai donc concocté ma propre recette.
Bien entendu, le gel hydroalcoolique ne remplace pas le lavage des mains ! Il est utile en dépannage et doit être utilisé de manière généreuse sur l’ensemble des mains, sans oublier les coins et recoins  (dos de la main, paume,  pouce,  espaces entre les doigts,…), en frictionnant au moins 30 secondes.
Ma recette, simple et rapide à réaliser, est un peu plus douce pour les mains grâce à l’huile végétale et à l’aloe vera (mais ne rêvons pas… avec plus de 60% d’alcool, ça agresse quand même la peau !) et surtout, elle ne contient pas de triclosan (comme certains gels hydroalcooliques du commerce), un antibactérien qui se révèle être un  perturbateur endocrinien avéré.
Attention, pour être efficace, un gel hydroalcoolique doit contenir entre 60 et 70 % d’alcool  !

P1170449

Ingrédients :
30 ml alcool à 70°
15 ml de gel d’aloé véra  
5 ml d’huile végétale (olive, amande douce, jojoba…) 
10 gouttes d’huile essentielle de Tea Tree
10 gouttes d’huile essentielle de Ravintsara
10 gouttes d’huile essentielle de lavande

Réalisation :
Dans un récipient, versez l’alcool puis les huiles essentielles. Mélangez bien. Ajoutez ensuite le gel d’aloe vera et l’huile végétale, mélangez et transférez dans un flacon spray. Bien agiter avant chaque utilisation

Propriétés des ingrédients :

Alcool à 70° : Désinfectant, antiseptique, bactéricide… on ne présente plus ses propriétés !

Gel d’aloe vera : Purifiant et anti-bactérien, c’est un excellent hydratant, qui calme les inflammations. Il compense (partiellement !) la haute concentration en alcool de la lotion hydroalcoolique

Huile essentielle d’arbre à thé : Antibactérienne, antifongique, antiparasitaire, antivirale, antiseptique et purifiante.

Huile essentielle de ravintsara : Antibactérienne, antivirale, microbicide

Huile essentielle de lavande vraie : Anti-inflammatoire, antiseptique, antibactérienne. Elle apaise en outre les irritations.

Huile végétale : Adoucit et hydrate. J’utilise personnellement de  l’huile d’amande douce car elle calme les démangeaisons et les inflammations de la peau tout en ayant des vertus cicatrisantes 

De tout et de rien

Crème nourrissante et protectrice

Lorsque je vous avais présenté mon carnet dédié aux cosmétiques maison, certaines d’entre vous m’avaient suggéré de partager mes petites recettes. Pour la grande majorité des produits que j’ai réalisés jusqu’à présent, j’ai suivi des recettes trouvées dans le livre que j’évoquais ou sur le net. Mais j’ai aussi concocté moi-même une recette de crème nourrissante et protectrice pour ma petite-fille. Elle a en effet une peau à tendance eczémateuse et lorsque j’ai vu la composition de la crème que le médecin avait conseillé à ses parents, j’ai pris peur et j’ai aussitôt sorti mon matériel de petit alchimiste pour lui faire une crème sur mesure et 100% naturelle ! J’ai pour cela mixé plusieurs recettes trouvées ici et là pour finalement trouver LA recette, testée et approuvée. Les premiers pots que j’avais réalisés étant déjà terminés, le week-end dernier, je me suis remise au travail.
Confinement oblige, c’est par La Poste que les pots de crème sont partis chez ma petite-fille (qui habite pourtant à deux pas d’ici !) 😢 

On sort le matériel nécessaire !

Crème1

Quelques petites explications sur les propriétés des ingrédients choisis :

L’huile d’amande douce a une action apaisante, nourrissante et assouplissante. Elle convient parfaitement aux peaux délicates des bébés

Riche et nourrissant, le beurre de karité est très utilisé dans les pays africains pour soigner les peaux des enfants

La cire d’abeille est un agent de texture servant à épaissir et stabiliser la crème. Elle crée un film protecteur sur la peau et a une action anti-déshydratante

La glycérine a une action hydratante et adoucissante

La vitamine E est un anti-oxydant qui empêche les huiles et beurres végétaux de tourner.

La cutina joue le rôle d’émulsifiant dans la préparation. 

Antibactérien et antifongique, l’extrait de pépins de pamplemousse (EPP) est un conservateur d’origine naturelle des phases aqueuses.

On passe à la recette ! Les proportions sont données pour trois pots de 50 ml (cette crème étant utilisée au quotidien pour tout le corps de ma puce, elle en consomme beaucoup !). Si vous voulez juste la tester, je vous conseille de diviser la dose pour 3 pour ne faire qu’un seul pot et voir si elle vous convient.

Comme pour toute réalisation de cosmétiques maison, il est  important de respecter certaines règles d’hygiène et de bien désinfecter vos ustensiles et votre plan de travail.

Crème2

Crème nourrissante et protectrice

Pour 150ml

  • 25 g de beurre de Karité
  • 17 g d’huile végétale d’amande (ou calendula, noyaux d’abricot,…)
  • 70 ml d’eau bouillie (ou 40 ml d’eau + 30 ml d’hydrolat de bleuet, rose, hamamélis, fleur d’oranger…)
  • 8 g de cire d’abeille 
  • 8,5 g de Cutina
  • 17,5 ml de glycérine
  • 10 gouttes de vitamine E
  • 33 gouttesd’EPP

Dans un premier bol, mélanger l’huile végétale, le beurre de karité, la cire d’abeille et la cutina

Dans un second bol, mélanger l’hydrolat et l’eau.

Faire chauffer les deux bols en même temps au bain-marie, sans agiter ni remuer. Quand le beurre de karité et la cutina ont fondu, patienter une minute afin d’obtenir la bonne température puis retirer les bols du bain-marie.

Verser la phase aqueuse dans la phase huileuse et battre énergiquement au fouet pendant au moins cinq minutes.

Lorsque la préparation est onctueuse et homogène, ajouter la glycérine. Laissez refroidir puis ajouter l’EPP et la vitamine E.

Bien mélanger et transvaser dans des pots.

La préparation se conserve 3 mois.