Sardaigne

Bosa

Notre seconde étape sur la côte ouest de la Sardaigne sera pour le port de Bosa, dominé par un château moyenâgeux.

D’abord comptoir phénicien puis romain, la ville fût abandonnée au 8ème siècle après JC en raison des attaques sarrasines. La cité est construite dans le delta d’un des rares fleuves navigables de Sardaigne, ce qui explique qu’elle fût convoitée par tous les envahisseurs de l’île.

En 1836, après la suppression de la féodalité, Bosa connut une période faste au niveau économique. Des tanneries furent construites au bord du fleuve ; le train arriva jusqu’à Bosa. Les échanges commerciaux s’intensifièrent avec la France, à tel point que le français fût enseigné à l’école pour maintenir ce lien.

Le choix de Bosa pour faire étape a été dicté par la couleur. En effet, sur la colline qui domine le fleuve, des ruelles étroites et pentues sont bordées de maisons aux couleurs pastels.

Chaussez vos baskets, nous allons nous balader dans la vieille ville à la recherche de la couleur

Nous rencontrons beaucoup de chats paressant devant les habitations. C’était probablement l’heure de la sieste car nous ne croisons pas âme qui vive…

Continuons notre balade en ajoutant un peu de végétation

Nous redescendons maintenant dans la partie basse de la ville, qui révèle des demeures aristocratiques des 18ème et 19ème siècles.

Sur le bord du fleuve, il subsiste quelques traces de l’activité portuaire de la ville

Mais c’est maintenant la plaisance qui prend le pas sur la pêche.

Sur la photo ci-dessous, vous auriez pu voir la célèbre allée de palmiers de Bosa, qui bordait les maisons situées au bord du fleuve…:

Malheureusement, ils ont tous été abattus car victimes d’une maladie !

Pour finir sur une note colorée, nous avons pris pas mal de recul pour zoomer sur les maisons aux façades peintes de la colline afin d’avoir une vue d’ensemble du vieux village.

Sardaigne

Les grottes de Neptune

Aujourd’hui, nous partons de bonne heure pour arriver à l’ouverture du guichet des grottes de Neptune. Il s’agit en effet de l’attraction touristique la plus prisée de la région et le Guide du Routard indique qu’il peut y avoir des groupes de 200 personnes en haute saison à chaque visite !! Nous faisons tout pour éviter ce genre d’attroupement… Nous sommes en septembre, qui plus est en période de Covid et cela devrait nous assurer un peu plus de calme. D’ailleurs, les arrivées de visiteurs en bateaux directement dans la grotte sont suspendues et comme l’accès terrestre à la grotte comprend un escalier de 654 marches, les candidats à la visite vont se raréfier.

Vous noterez le port du masque au coude, accessoire de mode très tendance depuis l’été 2019 !!!

L’entrée de la grotte se trouve au niveau de la mer. Les visites sont annulées en cas de mauvais temps car la mer pénètre sur 100 mètres à l’intérieur.

En théorie, les photos ne sont permises que dans le vestibule…

…et dans la première salle des grottes (qui en comportent trois).

Et voilà ! Malgré le prix d’entrée de 13 € par personne, c’est tout ce que vous avez le droit de photographier !!!

Heureusement, notre guide (les visites sont forcément guidées) nous autorise à prendre des clichés dans la totalité des salles (n’oublions pas que nous sommes en Italie et les règles sont forcément faites pour être contournées !).
Vous aurez donc droit à la visite complète des grottes de Neptune 🙂

Sur la gauche du cliché ci-dessous, vous pouvez apercevoir « le sapin de Noël », qui se trouve dans la seconde salle.

Juste à côté de « l’orgue ».

Les deux curiosités vues d’un angle différent.

Le lac d’eau salée alimenté par la mer baigne la totalité de la seconde salle où les stalactites et stalagmites se reflètent.

Nous pénétrons maintenant dans la troisième salle. Elle est plus élevée que les deux premières et il n’y a donc plus d’eau à la base des concrétions.

Le plafond de cette salle est impressionnant ; il est couvert de mini stalactites.

Le clou du spectacle sera pour cette fontaine de stalactites qui mesure 12 mètres de haut et 30 mètres de circonférence.

Au premier plan, à droite, vous pouvez voir une particularité de la grotte : les superbes sculptures sont parfois recouvertes d’une couche lisse de calcaire amené par l’eau qui suinte du plafond.

La visite des trois salles se fait en boucle. Le retour vers l’entrée est en surplomb et permet de nouveaux angles de vue sur les salles visitées.

Il est même possible de faire des gros plan sur le haut des colonnes sculptées.

Sur la photo ci-dessous, on aperçoit notre groupe qui ne compte que 8 personnes, ce qui nous a permis de faire une visite zen où la magie de la nature a opéré…

La visite s’achève sur un dernier cliché panoramique.

Notre prochaine étape sur la côte ouest de l’ile sera pour le village coloré de Bosa.

Sardaigne

Sardaigne côte Ouest

Nous continuons notre découverte de la Sardaigne en quittant la côte nord pour rejoindre la côte ouest de l’île.

Nous visitons la ville d’ Alghero, qui possède le plus beau centre médiéval de Sardaigne.

La ville se distingue par son architecture différente car elle a été sous l’emprise catalane pendant quatre siècles, de 1354 à 1720.

Mais quelques détails nous rappellent que nous sommes bien en Italie !!!

Sa muraille extérieure, destinée à la protéger, a été démolie pour étendre la ville au 19ème siècle. Il en reste cependant quelques traces côté mer.

Les boutiques du centre historique mettent en avant l’exploitation du corail rouge, la spécialité de la ville.

Aujourd’hui il faut descendre à plus de cent mètres de profondeur dans la méditerranée pour en trouver car l’espèce se raréfie en raison de sa surexploitation (comme tout ce que l’homme touche !).

Continuons notre balade dans les rues du centre…

…avant de ressortir côté mer à l’entrée de la ville.

Alghero est construite de part et d’autre d’une grande baie bordée d’une plage de sable.

Le prochain article nous mènera à 10 km d’Alghero, dans le « Parco Naturale Regionale di Porto Conte », pour visiter les « Grotte di Nettuno ».

Sardaigne

L’archipel de la Maddalena (suite)

Aujourd’hui nous avions au programme  une crique très confidentielle car difficile d’accès. Celle-ci se trouve sur l’Isola Caprera, la seconde île de l’archipel au niveau de la superficie. Cette île est reliée à l’île principale par un pont de 600 mètres de long ; la route est au niveau de la mer. M. Cath n’avait pas trouvé d’explications très claires pour rejoindre la « Cala Coticcio ». Par conséquent, en cherchant en italien dans le texte, j’ai déniché les dernières infos sur cette plage : depuis le début du mois de septembre 2020, son accès est interdit sans accompagnement d’un guide du parc naturel ou d’un guide privé ! Bien entendu, la liste d’attente des personnes intéressées est déjà beaucoup trop longue pour nous permettre  de programmer notre visite. Ainsi est traitée la liberté individuelle en Sardaigne… Nous verrons par la suite la tendance que prend l’île à certains endroits pour soi-disant protéger son littoral.
Vous pouvez voir ci-dessous une vidéo officiel du parc ; vous comprendrez pourquoi la crique est surnommée « Tahiti ». 

Nous remplaçons donc cette destination, par la « Spiaggia del Relitto », qui se trouve aussi sur l’ile de Caprera, entièrement sauvage. C’est une plage de sable fin, beaucoup plus facile d’accès, donc plus fréquentée par les baigneurs.

IMG_3102

Elle est en forme de croissant de lune et est un peu plus grande que les criques habituelles. Cependant, la mer étant d’huile et transparente, nous décidons d’ouvrir un second  « bureau » ici.

IMG_3116

La baignade est très agréable également car nous pourrons nager loin en toute sécurité.

IMG_3137

La couleur de l’eau est toujours impressionnante.

IMG_3132

Nous aurons la visite de deux goélands, qui viendront se reposer un moment sur la plage.

IMG_3129
IMG_3125
IMG_3160
IMG_3185

Celui ci-dessous est un juvénile, reconnaissable à son plumage tacheté

IMG_3153

Nous partirons en mileu d’après-midi pour aller voir à quoi ressemblent les plages à l’ouest de l’île principale.

IMG_2991
IMG_2997
IMG_2999
IMG_3008
IMG_3014
IMG_3019
IMG_3023
IMG_3029
IMG_3031
IMG_3032

Le dégradé de bleu n’est pas mal non plus de ce côté de l’île ☺️

IMG_3037

Nous ferons de nouveau escale au port de La Maddalena en fin d’après-midi.

IMG_3190
IMG_3197
IMG_3228
IMG_3195
IMG_3203
IMG_3214
IMG_3230

Sur la vidéo ci-dessous, vous pouvez voir une plage assez impressionnante, située sur l’ile Budelli, qui fait partie de l’archipel. Cette plage est totalement inaccessible : il est interdit de s’y baigner, de marcher sur son sable de couleur rose et même de se promener dans ses environs.  Les bateaux ne peuvent pas s’en approcher non plus. Bref, si elle n’existait pas, ce serait pareil ! Elle s’appelle la « Spiaggia rosa » et a été rendue célèbre en 1964 car des scènes du film « Désert rouge » y ont été tournées. Son sable contient des fragments de corail rouge et de rochers de granit rose. Avouez que l’endroit fait rêver (surtout en cet automne de confinement !).

Sardaigne

L’archipel de la Maddalena

C’est l’heure de monter sur le ferry, pour rejoindre le port de La Maddalena, qui porte le même nom que l’archipel (qui est également le nom de la plus grande des îles).

IMG_2901
IMG_2913
IMG_2919

L’archipel comprend une soixantaine d’ilots rocheux et sept grandes îles. 

Ce sont les restes du lien qui unissait la Corse et la Sardaigne il y a quelques millions d’années. L’archipel est constitué de granit rose et de porphyre. Il est classé parc national, ce qui devrait théoriquement le protéger de l’urbanisme destructeur de nature. 

IMG_3016

Après une nuit réparatrice, nous partons à la découverte de la petite île de Giardinelli, reliée à l’île principale par un petit pont. C’est un endroit très zen où la mer est reine.

IMG_2926
IMG_2985
IMG_2986

Notre lieu de farniente de la journée s’appelle « Capocchia D’u Purpu », également appelé Spiaggia « Testa di polpo » (nom donné en référence au rocher situé au centre gauche de la photo suivante).

IMG_2983

 Malgré l’heure matinale, la plage de la tête du poulpe est déjà bien occupée car elle est minuscule. Nous cherchons tout autour, parmi les petites criques rocheuses, un endroit comme nous les aimons.

IMG_2938
IMG_2943
IMG_2945

Ici c’est déjà pris… c’était  pourtant une plage  de sable au milieu de jolis rochers pour deux  personnes uniquement…

IMG_2954

Là, la plage est constituée de cailloux un peu trop gros…

IMG_2955

Le lieu est vraiment beau, c’est une harmonie parfaite  entre la mer et la côte sauvage.

IMG_2949

Tiens, sur la gauche je vois une petite plage de sable déserte… Malheureusement, l’eau n’est pas assez profonde pour nager et nous serons bien trop proche de la plage du poulpe, ce qui va attirer d’autres personnes ! 

IMG_2948

Vous constatez la gravité des problèmes que nous avons à gérer durant ce séjour !!! Heureusement, Poséidon est avec nous ce jour là. Nous trouvons une jolie crique de l’autre côté du cap où nous resterons quasiment seuls une grande partie de la journée. La baignade est optimale : mer d’huile, 25 degrés, fond sablonneux au bord, poissons curieux.

20200915_100751
IMG_2929
IMG_2934

Remarquez le planté du parasol, pour lequel nous avons fait de gros progrès au contact des pros de la plage sardes !

IMG_2958

La partie farniente n’est pas mal non plus ! C’est ce que nous avons coutume d’appeler « un bureau », où l’on peut rester une journée entière allongés dans l’eau à méditer. Sauf que dans ce bureau- là, aucun coup de téléphone ou autre élément chronophage ne viennent perturber la quiétude ambiante. Nous trouvons habituellement ce genre de bureau dans l’océan indien ; pour une fois, ce sera un bureau méditerranéen ! 

IMG_2969

Nous quittons notre bureau avec regrets en fin d’après midi pour aller faire une balade sur le port de La Maddalena.

IMG_3041
IMG_3054
IMG_3066
IMG_3068
IMG_3072
IMG_3084
IMG_3093
IMG_3094

La semaine prochaine, nous continuerons notre découverte du littoral de l’archipel de La Maddalena…

Sardaigne·Voyage

La vallée de la Lune

Pour notre troisième étape sur la côte Nord de la Sardaigne, nous avons prévu une petite balade sur le « Capo Testa ». 

IMG_2772

Il s’agit d’une des extrémités nord de la Sardaigne, surmontée par deux phares pour avertir les bateaux.

IMG_2779
IMG_2792

Sur la photo ci-dessous, sur la gauche de l’horizon, une terre se dessine… Il s’agit des falaises de Bonifacio ; la Corse ne se trouve qu’à 12 km d’ici ! Nous sommes face au détroit de Bonifacio.

IMG_2806

La côte est très rocheuse.

IMG_2774
IMG_2796

La nature a sculpté les rochers du bord de mer.

IMG_2784
IMG_2791
IMG_2799
IMG_2801
IMG_2802
IMG_2803

M. Cath ne voulait pas manquer un objectif qui s’annonçait très photogénique :  la « Valle della Luna », située sur le Capo Testa.

20200914_143225

Vous remarquerez qu’en suivant ce blog, vous voyagez dans des endroits où la magie est omniprésente. Après un retour dans le passé sur les « Ghats de Varanasi » puis une escale sur « la Côte du Paradis », vous voilà propulsés sur la « Lune » ! Aucune agence de voyage de la planète ne propose ces destinations 🙂

IMG_2809
IMG_2831
IMG_2837
IMG_2878

Cette vallée est une concentration de rochers érodés artistiquement par les éléments marins, le tout surligné par la végétation sarde qui conserve sa verdure malgré un été surchauffé.

20200914_142701
IMG_2811
IMG_2813
IMG_2816
IMG_2821
IMG_2828
IMG_2830
IMG_2834

Cet endroit est habité par des amoureux de la nature qui campent dans les anfractuosités des rochers, mangent de la nourriture cuite au feu de bois et vivent sur la lune, loin de la société de consommation terrestre (mais avec tout de même des batteries solaires pour recharger leurs portables… nous ne sommes pas à une contradiction près !).

IMG_2862

La vallée descend en pente douce jusqu’à la mer.

20200914_143556
IMG_2869
IMG_2871
IMG_2874
IMG_2879

Ce n’est pas tous les jours que nous changeons de planète alors nous vous offrons encore quelques photos prises sur notre satellite… 

IMG_2848
IMG_2860
IMG_2870
IMG_2867
IMG_2888
20200914_144839
IMG_2872
Sardaigne·Voyage

Costa Paradiso

Nous vous proposons aujourd’hui de nous suivre en Sardaigne, avec le premier article d’une série consacrée à notre escapade du mois de septembre. En parlant de la Sardaigne, je vous rappelle que vous avez jusqu’à lundi pour passer commande de mon dernier kit ! Toutes les infos sont ici

Nous longeons aujourd’hui la côte nord de la Sardaigne pour aller de Porto Torres à Palau. En effet, à peine débarqués du ferry en provenance de Toulon, nous devons reprendre un second ferry pour nous rendre sur l’archipel de la Maddalena qui se situe au Nord-Est de l’île. Nous arrivons très tôt, à 6h00 du matin. Il fait encore nuit et il y a même du brouillard.
M. Cath  a prévu trois arrêts dans la journée avant de reprendre le ferry en fin d’après-midi à Palau.  Heureusement, le brouillard s’estompe et nous pouvons voir notre premier lever de soleil sarde.

IMG_2646

Notre première escale est pour une balade matinale dans le village de Castel Sardo… où il n’y a pas grand chose à voir !

IMG_2648

D’ailleurs à ce sujet, comme à son habitude, M. Cath a essayé de mixer différents thèmes pour varier nos journées sur l’île. Malheureusement, très peu de sites ont retenu son attention dans les proches environs de notre itinéraire. Le thème principal de notre escapade étant la partie balnéaire, nous sommes restés au plus près de la mer durant ces 11 jours, avec des étapes très proches. Nous avons seulement parcouru la côte nord de l’île et la moitié de la côte ouest. La Sardaigne est la seconde île de méditerranée en terme de superficie ; elle est par exemple trois fois plus grande que la Corse.

IMG_3101

Dans un souci de diminuer notre empreinte carbone, nous avons évité de faire des kilomètres juste pour aller voir un site ou un village dans une autre région de la Sardaigne. De plus, cette approche a permis d’avoir des journées de farniente sans contrainte d’horaires.

IMG_2729

Il est entendu que si l’île nous plait, nous reviendrons pour en visiter une autre partie. 
Nous arrivons assez tôt dans la matinée pour notre deuxième escale qui entre dans notre thème principal : baignade et plages de rêve. Nous sommes sur la « Costa Paradiso » qui porte à merveille son nom.

20200914_120822
IMG_2755
IMG_3325
IMG_3340

Nous empruntons un sentier côtier bien aménagé pour rejoindre à pied la « Cala Li Cossi » après un petit quart d’heure de marche.

IMG_2667
IMG_2673
IMG_2680

La couleur de l’eau est très belle.

IMG_2679
IMG_3291

La plage correspond tout à fait à nos envies. Comme nous le constaterons les prochains jours, le fait de venir de bonne heure nous permet de choisir un endroit stratégique pour rester assez loin des autres plagistes qui ne manqueront pas d’arriver.

IMG_2686

Nous nous installons entre le gros rocher et la partie droite de la plage, qui ressemble à une petite plage privée avec son accès de sable pour aller nager sans se tordre les pieds sur des galets !

IMG_2691
IMG_2693
IMG_3285

L’eau est d’une transparence impressionnante et comme nous sommes dans une crique, la mer est d’huile.

IMG_2723
IMG_2701

Les rochers qui bordent la crique sont artistiquement érodés et du coup très photogéniques.

IMG_2695
IMG_2697
IMG_2719

D’ailleurs, nous surnommerons l’endroit « la crique du coq », en rapport avec le rocher de la photo ci-dessous.

IMG_2705

La crique est délimitée par une ligne de bouées qui empêche les bateaux de s’approcher des nageurs. Nous pourrons ainsi nager assez loin en toute sécurité.

IMG_2744
IMG_3274

Après cette charmante baignade  dans une mer autour de 25 degrés, nous devons continuer la route. Vous noterez que la mer est extra propre.

IMG_2721

L’escalier d’accès à la crique permet  d’avoir une vue panoramique sur cet endroit.

IMG_2731

Il y a un peu plus de monde sur la plage en ce début d’après-midi, mais ce n’est pas la foule.

IMG_2737

A l’arrière de la plage, une rivière arrive jusqu’à la mer.

IMG_2745

Elle forme un joli canyon sauvage.

IMG_2738

Dernier regard vers la côte du paradis.

IMG_2749

Pour la petite histoire, nous avons décidé de comparer les différentes plages que nous allons découvrir en leur mettant une note en forme de cœur ; la notation va de un à trois cœurs. Après concertation nous attribuons … 4 cœurs à « Cala Li Cossi » ! En effet, tout était au top pour le farniente et la baignade dans un cadre enchanteur ; même le sable pas trop fin, et qui du coup ne s’introduisait pas partout, était parfait !