Lisbonne

Street art et composition d’image (2/2)

Nous visiterons des endroits dédiés au street art qui contiennent des oeuvres gigantesques : 

IMG_5624

Dans ce cas, il faut bien regarder les différents personnages noyés au milieu d’un tableau complexe qui ne rendra rien sur une photo et qui sera même beaucoup trop grand pour être capturé dans son  ensemble. Le zoom va permettre d’extraire les sujets qui nous tapent dans l’oeil : 

IMG_5626
IMG_5628
IMG_5629
IMG_5630

Une autre technique permet de donner du mouvement aux oeuvres peintes sur les murs. 

IMG_5633
IMG_5634

Il s’agit de prendre des photos de trois quarts plutôt que de face. Cela évite d’écraser le sujet et permet notamment sur la photo ci-dessus d’avoir le texte du bas en entier.

Cette technique convient bien au street art :

IMG_5635
IMG_5989
IMG_5987
IMG_6152
IMG_6487

En combinant les deux techniques (zoom + trois quarts), on obtient un gros plan avec de la perspective :

IMG_6002
IMG_6003

Pour obtenir des clichés qui claquent, il faut faire très attention au cadrage afin d’éviter les parasites éventuels. Par exemple,  la photo ci-dessous à été cadrée un peu trop large côté droit. Le mur vient perturber le sujet central. La seconde photo le met beaucoup mieux en valeur en plaçant son oeil au bon endroit.

IMG_5985
IMG_5997

En zoomant au coeur d’une oeuvre, on obtient également un cliché plus percutant : 

IMG_5968
IMG_6001

Cela fait ressortir les émotions voulues par l’artiste :

IMG_6155
IMG_6156
IMG_6158

Sur la photo ci-dessus, le gros plan à permis de supprimer les tags des imbéciles qui ne respectent même pas les artistes de street art. En coupant  le haut du visage, il a aussi remonté l’oeil qui pleure afin de le mettre en valeur selon la règle des tiers.

Encore un gros plan émotif :

IMG_6005

Nous sommes ci-dessous en présence d’une oeuvre complexe, qu’il va falloir décortiquer en fonction des personnages qui nous parlent. 

IMG_6343

En éliminant une partie de la fresque, il nous reste encore beaucoup de sujets très hétérogènes :

IMG_6347

Là, ça va mieux ! Homer qui manifeste pour l’urban art se détache bien :

IMG_6349

Ci-dessous, on reconnait bien  Mao avec son fameux best seller :

IMG_6348

En pliant le genou, on change la perspective en prenant le sujet en contre plongée. Cela augmente le relief que l’artiste a donné à son oeuvre :

IMG_6351

Contre plongée ci-dessous aussi :

IMG_6006

Nous terminerons cette balade par un thème caractéristique du Portugal, le Fado.

IMG_6518

Nous allons prendre le temps d’observer cette oeuvre pour faire ressortir les différentes scènes qui la composent.

Un plan général recadré serré :

IMG_6511

Là nous sommes aidés par le fait que l’oeuvre soit peinte sur des murs à angle droit, ce qui donne beaucoup de perspective.

Le chanteur et la danseuse :

IMG_6532

Les musiciens :

IMG_6509

Pour conclure, vous avez compris qu’en présence d’un sujet qui déclenche une émotion, il faut se poser un instant pour définir d’où vient ce sentiment . Ceci va aider à composer une image qui va fixer pour toujours le souvenir de cette émotion. C’est ainsi que l’appareil photo s’apparente à une baguette magique puisqu’il aura transformé la lumière en sentiment.   

Lisbonne

Street art et composition d’images (1/2)

Nous vous emmenons aujourd’hui et demain à Lisbonne pour une balade sur le thème du street art.

IMG_5422
IMG_6506

Nous en profiterons pour étudier la composition d’image et voir le rendu des différents angles de prise de vue.
Nous verrons au  cours de nos déambulations  différents courants du street art : le graffiti tout simple, qui est l’ancêtre du street art et est malheureusement beaucoup trop présent dans la ville, la défigurant complètement :

IMG_6490
IMG_6503

Celui-ci n’a rien de commun avec l’esthétique ; il s’agit plutôt de dégradation pure et dure. A l’opposé se trouvent les peintures murales qui sont des œuvres à part entières.
Quelques-unes habillent des bâtiments à l’abandon :

IMG_5611
IMG_6290

La plupart sont réalisées dans des lieux appropriés  dédiés aux artistes ou sur commande, pour décorer des façades d’immeubles : 

IMG_5966
IMG_6357
IMG_6360

Nous verrons également une oeuvre qui s’apparente à la technique mixte utilisée en peinture :

IMG_5613

et même une oeuvre en technique mixte et en 3D !

IMG_7031

Sur cette photo, la prise de vue est large pour faire apparaître la rue, afin de situer l’oeuvre dans son contexte.

En présence de sujet exceptionnel, il ne faut pas hésiter à utiliser le zoom pour faire du gros plan et mettre les détails en valeur.

IMG_7033

On peut aussi intervenir sur la composition d’image en passant du format portrait au format paysage. Sur le cliché ci-dessous, il ne faut pas avoir de scrupule à couper les oreilles du chien pour faire ressortir ses yeux ainsi que les plantes qui poussent dans les jardinières au premier plan :

IMG_7039

N’oublions pas quelque chose de très ancien, qui pourrait être l’ancêtre des peintures murales artistiques : les azulejos typiques du Portugal :

IMG_5798
IMG_6336

Au début des années 2000, il y a eu une tentative de remettre au gout du jour la mosaïque à base de carreaux ; la réussite esthétique n’a pas été au rendez-vous comme vous pouvez le voir ci-dessous :

IMG_6361

Nous voila partis pour écumer la ville à la recherche de street art ! Chaussez vos baskets car il va y avoir des pavés, des escaliers qui montent et qui descendent, pas mal de kilomètres à avaler pour chercher des thèmes différents… bref, il va y avoir du sport !

Puisque nous sommes dans la ville connue pour ses tramways anciens, nous commençons par ce thème :

IMG_5975
IMG_6011

Appliquons la technique du zoom pour voir ce que cela donne sur la dernière photo :

IMG_6010

Nous mettons en avant le mouvement sur le cliché  ci-dessus en zoomant sur l’ensemble tram + personnage.

Zoomons un peu plus :

IMG_6009

Nous obtenons « Un tramway nommé sourire » (tiens, ça me dit quelque chose! ).

A Lisbonne, tout ce qui est immobile est tagué ; c’est le cas de ces deux funiculaires désaffectés sur une ancienne ligne abandonnée :  

IMG_5973
IMG_5983

Peut-être l’occasion de faire une photo sympa en utilisant notre technique de zoom :

IMG_5979

Même les funiculaires en activité sont pris pour cible par les tagueurs fous :

IMG_6108
IMG_6107
IMG_6179

A suivre demain….

De tout et de rien

Carte « coucou »… le tutoriel (à faire)

Voici comme promis quelques explications pour réaliser la carte que je vous montrée la semaine dernière

Découpez un cardstock de 23 cm x 10,5 cm ; pliez-le à 15 cm (cardstock 1)

P1180749

Faites un trou (6 cm de diamètre dans mon exemple) dans la partie de 15 cm, à environ 1 cm du bord

P1180750

Découpez un morceau de papier (imprimé ou non) de 23,5 cm x 10,5 cm ; pliez-le en deux (cardstock 2)

P1180751
P1180752

Positionnez ce morceau sous le papier perforé, en alignant les bords, et à l’aide d’un crayon de papier tracez l’emplacement du trou.

P1180753

Perforez les deux épaisseurs de papiers

P1180754
P1180755

Découpez un morceau de cardstock de 16 cm x 11 cm ; pliez-le à 15 cm (cardstock 3)

P1180756
P1180757

Collez la languette de 1 cm sur le cardstock 2

P1180758

Avant de coller, assurez-vous que la languette de 1 cm ne dépasse pas à l’intérieur du trou (cela arrive si vous avez perforé trop près du bord). Si c’est le cas, recoupez la partie de la languette qui dépasse (c’est ce que j’ai été obligée de faire, comme vous le verrez sur les photos plus loin).

P1180759
P1180760

Repliez en accordéon la partie perforée sur le morceau de 15 cm puis placez le cardstock 1 par-dessus (rabat de 8 cm au dos)

P1180761

Collez le cardstock 1 sur le cardstock 2, sur toute la surface autour du rond.

P1180762
P1180763

Repérez la partie qui apparaît dans le rond quand la carte est pliée (j’ai tracé au crayon afin d’être certaine de bien positionner ma déco)

P1180764
P1180765
Sur cette photo, on voit que j’ai été obligée de recouper ma languette comme je vous le disais précédemment

Décorez la partie qui apparaît dans le cercle.

P1180766
P1180767

Découpez un morceau de cardstock de 8 cm de large x 23,5 cm de long. Pliez-le à 4 – 4,1 cm – 14,6 cm – 14,7 cm (le mm entre les plis sert à donner de l’aisance pour le coulissage de la bague)

P1180768

Voilà ce que vous obtenez une fois la bague repliée (attention, il ne faut pas encore la coller !)

P1180769

Ouvrez la carte

P1180771

Positionnez cette bague sur le volet de 8 cm du cardstock 1, selon la photo suivante.

P1180772
P1180773
P1180774

Refermez la carte en maintenant la bague en place et repérez l’emplacement du trou, afin d’y ajouter une décoration qui apparaîtra en coulissant lorsque vous ouvrirez la carte.

P1180775
P1180776
P1180777

Décorez cette partie à votre guise

P1180778

Collez ensuite cette bague sur la partie repérée par une croix sur une des photos précédentes (toute la surface de 10,5 cm de haut est collée)

P1180779

Refermez la carte et repliez les pattes de la bague vers l’arrière, en entourant le volet de 15 cm du cardstock 1.
Collez la partie qui chevauche (attention, on ne colle que les 2 cm de chevauchement ! La bague doit pouvoir coulisser ensuite)

P1180780
P1180781
P1180782
P1180783

Le système doit fonctionner !
J’espère que mes explications vous permettront de réaliser ce modèle (on ne peut pas dire que ce soit le modèle de carte le plus simple à expliquer en pas à pas !). Si vous le mettez en application, je serai comme toujours ravie de voir le résultat 🙂

Inde du Nord·Inde du Nord·Pages

Prendre la pose

Nous vous avions raconté dans cet article que nous étions tombés par hasard sur le rassemblement de 2000 indiennes en tenue traditionnelle qui  dansaient pour figurer dans le Guiness des records. La photo de cette jolie brochette de femmes a été prise à ce moment-là… Elles respirent la joie de vivre et leur sourire est contagieux !!!!

« Offre un sourire à un inconnu. L’inconnu te sourira. »
Proverbe maure

Inde du Nord·Pages

Parshvanath

Mêmes papiers et même style de mise en page qu’ici, pour cette photo de Parshvanath, le le 23ème Tirthankara (maître spirituel ayant atteint le nirvana) dont nous vous avions conté la légende dans cet article.

« Ose devenir qui tu es. Ne te tiens pas quitte à bon compte.
Il y a d’admirables possibilités en chaque être.
Persuade-toi de ta force et de ta jeunesse.
Sache te redire sans cesse : «il ne tient qu’à moi. »
André Gide

Que la montagne est belle !

Croix de l’Alpe – Crête du Pas de la Rousse

C’est en Chartreuse que nos pas nous mènent aujourd’hui pour une très belle randonnée au panorama exceptionnel (avec une météo optimale qui nous a permis d’en profiter pleinement !)

Départ dans la forêt, à la fraîche…

01

Après une première partie de grimpette, on arrive au Pré de Pratcel

02
03
04

On monte vers le Pas de l’Echelle…

05

…et on découvre un rocher gravé de la Fleur de Lys et de la Croix de Savoie, datant de 1822 et marquant la frontière entre la Savoie et le Dauphiné.

06
07
08
09

Une fois le Pas de l’Echelle franchi, on arrive assez rapidement au Habert de St Vincent, en cheminant dans les lapiaz

10

Les prairies sont encore joliment fleuries en ce mois de juillet

11
12
13
14
15
16
17
18
19

On arrive à la Croix de l’Alpe où se trouve une borne frontière (avec de nouveau la Croix de Savoie d’un côté et la Fleur de Lys de l’autre)

20
21
22
23
24

Le panorama est exceptionnel d’ici…. et le Mont Blanc semble à deux pas !

25

Allez, une petite vidéo à 360° pour que vous vous rendiez mieux compte (toujours faite avec mon téléphone… donc pas d’une qualité optimale !)

26
27
28

Mais notre balade ne s’arrête pas là ! Après avoir longuement admiré cette magnifique vue, nous partons en direction du Pas de la Rousse

29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39

Nous sommes bien en Chartreuse… et pas en Bretagne !

40

Ces rochers ressemblent pourtant vraiment à des menhirs 🙂

41
42
43
44

Quelques vues vertigineuses en cheminant sur la crête..

45
46
47
48
49

Même si nous ne nous lassons pas de ces paysages, il est temps de prendre le chemin du retour. Il reste encore quelques heures de marche avant de regagner la voiture….

50
51

Un dernier regard en arrière, vers le Col de l’Alpe…

52
53
54
55